La diffusion – partie 1

La majorité des orchidées s'installent comme épiphytes dans la canopée des arbres. On les trouve principalement sous les tropiques. Les orchidées terrestres poussent directement du sol. Ils sont principalement limités aux zones tempérées.

La diffusion

La famille des orchidées est l'une des plus étendues du monde végétal et est distribuée presque partout dans le monde, mais pas uniformément. On enregistre des occurrences sporadiques ainsi que l'accumulation de genres ou. Espèces dans certaines zones et concentration importante dans les deux centres, l'américain subtropical-tropical et le cercle asiatique correspondant. Selon une estimation, environ les quatre cinquièmes se trouvent dans ces zones contre un cinquième dans les zones tempérées.. ça signifie, que le nombre d'espèces diminue à mesure que l'on s'éloigne de la ceinture tropicale. Cependant, ce n'est pas fini, car même dans la zone subarctique, les espèces peuvent être identifiées. Ici et dans les zones tempérées on ne trouve que des orchidées terrestres, donc habitants de la terre. Ce sont des plantes vivaces, dans lequel le climat la stricte alternance de période de repos – avec l'aspiration des parties aériennes de la plante – et saison de croissance. À mesure que vous vous rapprochez de la ceinture tropicale, le nombre d'orchidées terrestres diminue, et dans les zones chaudes sont les arbres- et les espèces rupestres déterminant principalement ou uniquement. On les appelle épiphytes, Croissances, qui vivent sur les troncs et les branches des arbres, sans priver la plante hôte de nourriture. Ce ne sont donc pas des parasites.

Le climat est déterminant pour l'existence des épiphytes à bien des égards. Leur propagation est régulée par la température, mais plus en raison de la quantité de précipitations et d'humidité, qui doit garantir l'équilibre du bilan hydrique comme facteur le plus important. En conséquence, la plupart des épiphytes se trouvent dans des zones, où les précipitations abondantes sont réparties tout au long de l'année. C'est dans une ceinture d'environ 24 Latitude donnée des deux côtés de l'équateur. Cependant, près de la moitié du continent de cette ceinture est extrêmement aride. Les orchidées et surtout les épiphytes ne peuvent pas prospérer dans ces vastes zones désertiques et semi-désertiques sur quatre continents. Leur présence est concentrée dans les régions, où les alizés et les vents de mousson – ascendant sur les chaînes de montagnes – dégagent leurs masses d'humidité. Les orchidées poussent les plus luxuriantes et les plus riches en espèces dans les forêts de nuages, Zones de plus forte concentration de plantes, où l'humidité est omniprésente dans la plus fine répartition. Cependant, la température a alors un effet, descendre avec l'altitude, régulariser à nouveau l'existence des épiphytes. Mais il y a aussi des étrangers ici. Dans les Andes de la Colombie au Pérou – situé directement sur la ceinture tropicale équatoriale – il y a des espèces d'orchidées, ceux en hauteur 4200 m doivent être trouvés comme la limite supérieure globale pour la famille. Il existe plusieurs exemples similaires à une altitude un peu plus basse dans le sud- et Amérique centrale. En Asie, il est répété dans l'Himalaya avec une limite allant jusqu'à 2600 m hauteur pour une espèce de Dendrobium. À environ 2000 à 2400 Le célèbre Coelogyne cristata pousse. Cette limitation réduite en hauteur s'explique par la distance à l'équateur significativement plus grande par rapport à l'exemple sud-américain.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *