Les insectes sont attirés par divers moyens

Les insectes sont attirés par divers moyens. En plus du nectar, on leur propose d'autres types de tissus nutritifs. De plus, le parfum souvent irrésistible et, bien sûr, les couleurs pour la plupart très frappantes des fleurs ou de leurs parties individuelles servent à cet effet.. L'un de ces leurres mentionnés est définitivement représenté et efficace. Les excrétions de parfum des fleurs sont coordonnées avec le temps de vol de l'insecte pollinisateur. Chez certaines espèces d'Oncidium, par exemple, elles sont surdimensionnées par rapport au reste des parties florales, la lèvre principalement jaune foncé est conçue comme un signal brillant pour les yeux des insectes d'une clarté incontestable. De nombreux autres exemples pourraient être donnés, pour documenter l'apparence souvent sophistiquée de la plante, par lequel la pollinisation et la fertilisation ultérieure, qui sont absolument nécessaires à la conservation de l'espèce, doivent être assurées. La question se pose, si une moindre dépense de ressources ne pouvait pas conduire au même résultat, comme c'est le cas avec les fleurs du type habituel. Que la structure florale compliquée empêche l'autopollinisation ou que la progéniture soit limitée dans une certaine mesure, peut être une question ouverte.

Dans la fleur ouverte, l'ovaire n'est d'abord pas visible, comme c'est le cas avec la tulipe comme exemple déjà cité. Dans le cas de la fleur d'orchidée, elle est préformée dans la tige, initialement, cependant, sans ovules, qui ne se développent qu'après la pollinisation. Ensuite, les tubes polliniques se développent lentement à travers la colonne dans l'ovaire. La fécondation a lieu des semaines ou des mois plus tard, bien que la fleur flétrisse souvent des heures ou quelques jours après la pollinisation. Cependant, le péricarpe n'est éliminé de l'ovaire qu'après une longue période ou reste sur le fruit jusqu'à ce qu'il soit mûr.. En raison du processus de fertilisation à long terme, les fruits des orchidées mettent à eux seuls un temps relativement long à mûrir.. Outre le temps de maturation court des orchidées indigènes lié au climat, Dendrobium et Phalaenopsis ont besoin du temps le plus court d'environ 4 Mois, Cattleya et Paphiopedilum, par exemple 10-12 Mois et Vanda 15 Mois.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *